Ratification par la Ville de la Convention d’Istanbul
Très engagée pour la défense du droit des femmes, Annick Vinck attire l’attention de l’assemblée sur un texte du Conseil de l’Europe, communément appelé « Convention d’Istanbul » et signé par la Belgique en 2012 et ratifié le 1er juillet 2016. Cette Convention vise à prévenir et lutter contre toutes les formes de violence à l’égard des femmes et contre la violence domestique.
Elle avance quelques chiffres édifiants :
• En 2017, en Belgique, on a dénombré 20.541 plaintes pour violence conjugale, soit 56 plaintes par jour.
• En Wallonie, pour cette même année, 1000 plaintes pour viol ont été enregistrées, soit 3 plaintes par jour. Sachant qu’une seule victime sur 6 s’adresse à la police suite à un viol, la vérité serait de 6000 viols par an, soit 18 viols par jour !!!

Derrière ces chiffres, il y a la souffrance de femmes qui vivent dans la peur et dans la honte.
Le texte de cette Convention s’appuie sur une vision élargie des violences puisque y sont considérées non seulement les violences sexuelles, physiques mais aussi psychologiques ou économiques tant dans la sphère privée que dans sphère publique. Elle est contraignante et offre un cadre juridique complet destiné à protéger les victimes.

Pour mémoire, dans notre Déclaration de Politique Communale, nous avons manifesté notre volonté de créer un lieu d’accueil et d’accompagnement de première ligne pour les violences intrafamiliales. En cohérence avec cette position, Annick propose de créer un groupe de travail qui aura pour objectif d’élaborer un plan d’action destiné à garantir plus d’égalité entre les hommes et les femmes dans notre entité.

D’une manière symbolique, elle propose, au Conseil Communal le plus proche du 8 mars (Journée internationale des droits des femmes) ainsi qu’à celui le plus proche du 24 novembre (Journée de mobilisation contre la violence faite aux femmes), de faire une communication sur l’état d’avancement de ce groupe de travail.

La proposition d’Annick a été votée à l’unanimité du Conseil Communal.

Une question d’actualité : sécurisation du Retail Park

Annick s’inquiète pour la sécurité des citoyens. L’espace en question jouxte les voies de la SNCB alors qu’il n’existe plus aucune limite physique entre les voies et le parking. Un risque d’accident ne peut être écarté, un accès malveillant aux rails non plus. Que peut faire la Ville pour demander d’urgence la sécurisation des lieux ?

Share This